Histoire

HÔPITAL SANT BERNABÈ
(XIIIe – XXIe siècles)

Auteurs : Mme Mari Breganciano, M. Jordi Janer ;

La capitale du Berguedà est et a été historiquement un centre de services. Les services de santé sont prêtés, entre autres, par la Fundació Hospital Sant Bernabè. Cette entité a fêté en 2005 le 25e anniversaire du nouvel emplacement du bâtiment de l'hôpital. Une œuvre telle est le fruit d'un grand nombre de personnes qui y ont consacré de nombreux efforts, leurs connaissances et leur temps.

Pour en savoir plus sur ses origines, nous devons remonter au Moyen Âge.

Nous savons que l'ordre des hospitaliers était installé depuis le début du XIIIe siècle sur l'actuelle place de Sant Joan, où se trouvait, semble-t-il, une sorte d'hospice ou d'asile, qui accueillait les voyageurs et les malades et, de plus, qui leur apportait l'assistance dont ils avaient besoin.

Selon les documents, dans cette zone se trouvait une rue appelée Hospital. Cependant, les premières références à Sant Bernabé que nous trouvons apparaissent quelques années plus tard, entre la fin du XIIIe siècle et le début du XIVe, lorsque les consuls de la ville achetèrent une maison à Berenguer de Prat, qui pouvait accueillir les malades pauvres.
À côté du bâtiment, une chapelle consacrée à Sant Bernabè a été construite.
Selon Ramon Huch i Guixer, dans son livre Notes historiques sur la ville de Berga, l'hôpital fut fondé grâce au don d'un marchand nommé A. de Pinebret au milieu du XIVe siècle, comme on peut le voir sur une pierre tombale dans l'ancienne église du couvent de Sant Francesc. C'est aux alentours de cette date que la fameuse peste noire débarque en Europe. Berga n'est pas une exception et va aussi subir les conséquences de cette maladie, également connue comme le Feu Saint Antoine. Nous supposons que ce fait a mis notre hôpital à l'épreuve.

Nous ne pouvons pas non plus oublier l'existence, à Berga, d'un autre hôpital, celui de Sant Llàtzer, également connu comme l'hôpital des lépreux.
Il se trouvait dans le secteur de Santa Magdalena, à proximité du château. Ces hôpitaux existaient partout en Europe et ont été fondés par un ordre religieux appelé les Frères de Saint Lazare ou lazaristes. Leur mission exclusive était d'accueillir les lépreux.

Nous ne trouverons pas d'autres documents sur notre hôpital jusqu'au XVIe siècle. Cette documentation recueille principalement des legs de biens et de terres cédées à l'hôpital, ce qui lui permettait de jouir d'une meilleure situation économique. Le premier livre de recensement conservé date d'entre 1662 et 1722. À la fin du XVIIe siècle, à cause du vieillissement du bâtiment, il fut nécessaire d'en construire un nouveau. Ce bâtiment fut inauguré en 1726, le jour de son saint patron, le 11 juin. Ensuite, à la fin du XVIIIe siècle et pendant une bonne partie du XIXe, l’activité de l'hôpital fut plus importante, à cause des guerres continues avec la France et des guerres carlistes, qui mirent l'hôpital sous administration militaire pendant assez longtemps.

Ce fut lors de la première guerre carliste, plus précisément en 1834, qu'arrivèrent à l'hôpital les frères Carmélites de Santa Joaquima de Vedruna.
Mais quelques années plus tard, avec l'arrivée des libéraux d’Espartero à Berga, ils durent fuir en France et ne purent revenir que vers 1854.

Cette même année, l'épidémie de choléra s'abattit sur la ville et fit plus de 500 morts en moins de deux mois.
Cette épidémie, de par sa dureté, mit à l'épreuve les médecins de l'époque, parmi lesquels il faut citer l'illustre médecin du Berguedà, le Dr Pau Florejachs, qui fut l'unique médecin à rester à Berga.

Il partait, semble-t-il, à cheval jour et nuit, pour soigner tous les malades du choléra. Au début du XXe siècle, pour assainir l'économie et l'administration, il fut décidé de rédiger un nouveau règlement qui entra en vigueur le 1er février 1901.

L'Assemblée était présidée par le recteur, et ce, jusqu'en 1930 où le règlement changea à nouveau et l'Assemblée fut présidée par le maire. En 1936, un décret est signé selon lequel notre hôpital a reçu la catégorie d'hôpital régional, ce qui a permis, pour apporter une meilleure assistance aux malades de la région, de recevoir des subventions de la Generalitat républicaine.
D'autre part, les villages de la région devaient payer 4 ptas par jour à l'Assemblée pour le séjour de ses habitants.

Cette même année, les événements historiques firent perdre à l'hôpital son nom de Sant Bernabé. Après la Guerre civile, en 1940, un premier projet de construction d'un nouveau bâtiment pour l'hôpital voit le jour, promu par le gouverneur civil de Barcelone, Correa Veglison.
Ce nouvel hôpital devait porter son nom.

Ce premier projet fut abandonné, seule la structure fut conservée, qui fit partie du paysage de Berga pendant de nombreuses années. Tout s'interrompit jusqu'à ce que, pendant les années soixante-dix, il fut décidé de relancer le projet de construction d'un nouveau bâtiment. Avec ce projet, il était prévu de passer des 60 lits du vieil hôpital à 250. Malgré cela, la région avait besoin d'augmenter les prestations sanitaires existantes ; c'est pourquoi les maires de la région se réunirent en 1979 avec le directeur général de l'assistance sanitaire de la Generalitat, récemment restaurée, dans le but de trouver une solution.

Pour que ce projet voie le jour, d'importantes ressources économiques étaient nécessaires, c'est pourquoi le maire de Berga se rendit à Madrid pour s'entretenir avec le ministre de la Santé, qui lui accorda 60 millions de pesetas pour aider à la construction de notre nouvel hôpital.

Malgré tout, les problèmes économiques se poursuivirent et retardèrent l'ouverture du nouveau centre. À la fin des années 80, plusieurs nouveaux statuts furent approuvés, selon lesquels l'hôpital devait être régi par une assemblée présidée par le maire et composée du recteur, de représentants de la mairie, d'habitants de la ville et de l'équipe de direction de l'hôpital.

 Un autre fait à souligner avant l'inauguration est qu'au printemps 1981, le comité d'entreprise de l'hôpital a été créé. Après de nombreux obstacles, le 2 août 1981, le nouvel hôpital est inauguré, bien que les premiers patients y aient été admis à partir du 20 juillet. Le ministre de la santé et l'évêque de Solsona, entre autres autorités, participèrent à l'acte d'inauguration. Il faut rappeler que ce fut le premier hôpital inauguré par la Generalitat restaurée.

Pendant les premiers jours, l'activité de l'hôpital était partagée entre les deux bâtiments, et le bloc opératoire du vieil hôpital fonctionnait encore. Dans le nouveau bâtiment, seul le premier étage des hospitalisations était ouvert. Quelques jours plus tard, le deuxième étage fut ouvert et en janvier de l'année suivante, le troisième était en fonctionnement.

Non seulement l'activité hospitalière proprement dite commence, mais petit à petit d'autres services entrent en fonctionnement, comme la rééducation, en mars 1982, ou la Résidence pour personnes âgées du cinquième étage, inaugurée en novembre 1985. Un fait également important est qu'à partir de mai 1983, notre hôpital assume la majeure partie des activités que développait jusqu'à ce jour une clinique privée. Tous les lits de cette clinique sont transférés à l'hôpital. Il faut également souligner, en ces débuts mais aussi plus tard, l'importance des apports, par quelques organisations du Bergueda, comme l'Association de lutte contre le cancer, grâce à laquelle il a été possible d'acquérir un échographe, inauguré en juin 1986.

Quelques associations d'habitants de Berga firent aussi des dons. Les années suivantes, de nouveaux services sont mis en place au sein de l'hôpital, comme l'Unité de thérapie de la douleur qui existait à ce moment-là dans peu de centres de Catalogne. Il faut aussi mentionner, par exemple, l'Unité d'assistance à l'utilisateur et l'introduction de l'informatique. Dès 1988, on parla de destiner quelques lits aux malades chroniques, ce pour quoi les directeurs et politiques du moment lancèrent les négociations opportunes à cet effet.

Malgré cela, ce projet ne vit le jour que fin 1992. L’hôpital continuait de progresser ; il avait été considéré jusqu'en 1990 comme un hôpital de niveau B, chose qui changea, après de nombreuses démarches qui permirent d'obtenir le niveau AB désiré, entraînant une amélioration économique pour le centre et un pas en avant des prestations pour toute la région. 1992 est, pour notre hôpital, un point d'inflexion ; la mairie décide d'en céder la gestion à une entreprise professionnelle et externe, pour mettre fin à tant d'années de problèmes économiques et politiques.

Cette nouvelle étape commence avec la gestion de l'Alliance qui prendra en charge l'hôpital jusqu'au printemps 2000. Celui-ci continua de se développer, par exemple, la chirurgie laparoscopique fut introduite en 1993. En 1997, de nouveaux services commencent à entrer en fonctionnement bien qu'à temps partiel,  comme la cancérologie et l'hématologie ;  et en 1998, les interventions de la cataracte ont lieu à Berga, comme un service public (jusqu'à maintenant, elles étaient effectuées à titre privé), ce qui évita les déplacements en dehors de la région.

D'autre part, l'intégration de spécialités médicales en mars 1995 a marqué l'histoire de notre hôpital et les médecins spécialistes cessèrent de consulter au CAP pour le faire dans notre centre. Le développement de l'hôpital était évident.

Suite à cela, dans les années quatre-vingt dix, on pensa transférer la résidence dans un nouveau bâtiment. Mais il ne fut pas nécessaire de construire un nouvel édifice, on profita simplement des anciens bâtiments de la résidence et de l'état-major militaire. En 1997, l'accord est donné pour le début des travaux. La capacité de la nouvelle résidence sera de plus de 60 lits.

Residencia

La nouvelle Résidence Sant Bernabè fut inaugurée par le président de la Generalitat, Jordi Pujol, et la ministre du bien-être social, en janvier 2000.

Dans le cadre des améliorations, il faut mentionner la rénovation du service des urgences, grâce à la contribution économique de Caixa Manresa, inauguré en juillet 1998. C'est également aux alentours de ces dates que le service de radiologie est rénové. Tout effort mérite d'être reconnu. Malgré le fait que notre  reconnaissance principale vienne des personnes mêmes utilisant quotidiennement les services proposés par notre hôpital, nous ne pouvons oublier les démonstrations externes.

En novembre 1998, l'hôpital reçoit le prix Berguedà Empresarial, concédé pour son activité ainsi que pour la création de postes de travail (première entreprise en termes de postes de travail de la région), et pour l'amélioration aussi bien quantitative que qualitative des services, etc.

Nous avons également reçu le prix TOP 20 concédé par un cabinet de conseils privé, dans la catégorie des petits hôpitaux, en novembre 2003, ainsi qu'en 2004 et en 2005.
La concession de ces prix est un aspect très positif, mais cela ne doit pas nous faire oublier une chose très importante : l'aspect humanitaire. Preuve en est, les collaborations du personnel de notre centre avec différentes entités qui ont pour objectif la solidarité humaine.

Début 2000, un nouveau service d'assistance médicale à domicile est mis en place, connu sous le nom d'ESI, qui permet d'assister de façon plus personnalisée les patients dont la maladie rend difficile le déplacement dans notre centre.
En avril de la même année, l'Assemblée du patronat décide de changer la gestion de l'hôpital. C'est alors qu'une nouvelle étape commence avec le Consortium hospitalier, qui prend en charge le centre.
Malgré les progrès de notre hôpital, il reste avant tout un petit centre sanitaire et par conséquence certains aspects ne pouvaient être couverts, de par leur nature. C'est pourquoi, il fut nécessaire de chercher d'autres collaborations avec d'autres centres.
Ainsi, les années suivantes, toute une série d'accords furent mis en place, comme par exemple, celui signé avec l'Institut Catalan de Cancérologie et avec la Corporation sanitaire Parc Taulí de Sabadell, en janvier 2001. Grâce à cette collaboration, l'hôpital améliore les diagnostics et les traitements de tumeurs.

De même, l'accord avec l'Hôpital Général de Manresa fut signé, permettant d'augmenter l'activité chirurgicale de 20%. Avec cette croissance de l'activité chirurgicale, il devint nécessaire de rénover l'ancien bloc opératoire de l'hôpital, dont les nouvelles salles d'opérations sont inaugurées deux ans plus tard, en 2003.

Toujours dans le cadre de l'amélioration des prestations de notre hôpital, il faut mentionner l'inauguration du scanner, tant attendu, en juillet 2001. Cette même année, est aménagée l'Unité chirurgicale ambulatoire où les patients peuvent opérés et partir le même jour. En 2005, la nouvelle Unité de médecine du sport est créée, destinée à offrir une assistance spécialisée aux sportifs de compétition, au sport scolaire, etc.

dial.lisis

En même temps, le 6 novembre, le Service de dialyse entre en fonctionnement, après des années de lutte. Ce service est géré par Althaia et a également pour objectif principal d'éviter aux patients les déplacements continus à Manresa.

Et le développement se poursuit. L'effort de dépassement est implicite dans notre travail, preuve en est les nouveaux projets tels qu'aujourd'hui, celui du nouveau bâtiment en construction.
En définitive, cela nous fait croire en un futur plein d'espoir.

ANNEXE 1  Ici repose A. de Pinebret, marchand de Berga, mort le 3 août 1347, qui ordonna la construction et l'édification, avec ses propres biens, d'un hôpital pour accueillir les pauvres de Jésus Christ, leur apporter, dans ce même hôpital, à manger et à boire et pour que leur âme, à la miséricorde de Dieu, repose en paix. Amen.